dimanche 11 janvier 2015

150111

J'imagine que cette date va rester dans l'Histoire...


Je suis bien sûre allée à la manifestation républicaine aujourd'hui. Ca me paraissait totalement inconcevable de ne pas y aller, tant en tant que dessinatrice, qu'en tant que personne.

Vendredi, le fait de travailler en télé-travail m'a "permis" d'apprendre en direct la prise d'otage, et de suivre ensuite toute la journée le déroulement des événements. Traumatisant, impressionnant... Impossible à croire.

A force de voir ce genre de nouvelles aux informations, outrageusement illustrées de vidéos ou de photos choquantes, on finit par devenir insensible, blasé. Et puis un jour, le symbole touché est tellement inconcevable, qu'on se prend une claque en pleine tronche. Et on se réveille violemment...

Je n'ai jamais lu Charlie Hebdo, et je ne jouerai donc pas les hypocrites à ce sujet. Je ne défendrai pas les valeurs du journal alors que je ne les connais pas clairement. Et ce n'est donc pas pour lui que j'ai tenu à défiler avec les autres.
J'ai tenu à défiler en la mémoire des victimes en tant que personnes avant tout, pour qu'on se souvienne d'eux, qu'ils aient été dessinateurs, policiers, ou simples civils ; mais j'ai aussi tenu à défiler pour célébrer le symbole de cette Liberté d'Expression à qui on a arraché une aile, mais qui ne s'arrêtera jamais de voler pour autant. Pour montrer que je n'ai pas peur non plus, et qu'ils n'ont rien gagné par leur acte. Rien du tout.
Je ne vais donc pas non plus m'apitoyer sur ce qui s'est passé de mercredi à vendredi. Je préfère me souvenir à jamais de la solidarité gigantesque que ça a permis de faire se déployer en couleurs, partout dans le monde.

Mon constat est tout bête : on est des milliards de fois plus nombreux que ces cons. Aucune raison d'avoir peur d'eux, donc.

Je suis Charlie, parce que moi aussi je suis la Liberté d'Expression qu'on a ébranlé, sans pour autant la faire tomber. 

Voici quelques photos prises lors de la marche de cet après midi à Lyon. Je n'ai pas flouté les visages en me disant que justement, les photos seraient plus parlantes ainsi. Mais si vous vous reconnaissez et que vous préférez que je vous floute, n'hésitez pas à vous manifester !

A savoir aussi que je n'ai malheureusement que des photos de Monplaisir, ma blessure m'ayant empêché de prendre part au cortège jusqu'au bout :( Forcément... puisqu'il était impossible d'arriver à la place Bellecour, tout étant engorgé dès Grange Blanche, bien avant le point de rendez-vous pour le départ ! J'ai avancé de 10 mètres à peine en 1h30, montre en main...

En tout cas déjà à l'allée, j'ai pu voir avec émotion que les gens s'y rendaient main dans la main.









Très impressionnant, ça me fichait vraiment le tournis : ces hélicoptères de la police qui tournaient sans cesse autour de nous pour assurer la sécurité de tous.
Et puis ces applaudissements réguliers, par vague, d'un bout à l'autre de la marche...



















Toutes les générations étaient là. Toutes les religions aussi, toutes les croyances, un défilement multicolore, silencieux et définitivement émouvant.
A Lyon, nous étions 300 000.





3 commentaires:

  1. "un défilement multicolore" à regarder tes photos, je vois surtout du Blanc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau d'avoir le courage de ses opinions, "anonyme"...

      Supprimer

Merci de ne pas laisser le champ du menu déroulant sur "anonyme". Le commentaire risque d'atterrir dans les spams !