samedi 18 janvier 2014

Il y a quelque chose de pourri au Royaume de Nine...

... Et ce n'est pas que la vaisselle qui s'accumule dans l'évier.

Depuis quelques mois, je suis victime de ce qu'on appelle un "artblock" : l'impossibilité totale de dessiner malgré que l'inspiration et la motivation soient là. Les gens du milieu de l'écriture, du dessin ou de toute autre création connait bien ça, c'est régulier, c'est normal, normalement il ne faut pas s'en inquiéter.
Ca arrive souvent comme une sorte de burn-out en fait, à cause de la fatigue, de soucis personnels, ou tout simplement d'un trop plein de motivation justement, qui fait déborder le cerveau et nous empêche de nous en servir correctement, sur le plan technique.
Pour ceux qui ne connaissent pas ce phénomène (chanceux que vous êtes !!), en gros c'est comme si votre esprit fourmillait d'idée, mais que votre main refusait obstinément de produire quoi que ce soit. Et plus on s'acharne à essayer, moins ça marche...
C'est horriblement frustrant XD
D'autant plus quand ça dure des semaines et des semaines...
Forcément vues les circonstances de ces derniers temps dans ma vie, j'imagine que cet artblock est tout à fait normal. Et heureusement, même s'il m'empêche de dessiner, il ne me bloque pas dans de nombreux autres domaines.
Finalement, ne pas pouvoir dessiner m'a obligé à trouver d'autres passe-temps pour occuper mes mains en manque d'action : photo, tricot (XD), BJD, ré-agencement de mon appart', etc... Je reste productive, donc, mais malheureusement pas exactement comme je l'aurai voulu.

Après les "vacances" de Noël, je voulais me lancer dans un nouveau projet : un one shot basé sur un scénario écrit il y a longtemps et que je trouvais intéressant de rebosser. A vrai dire j'hésitais même entre deux projets radicalement différents, et voulais donc me lancer dans des croquis et autres recherches de personnages pour voir lequel des deux je me sentais la plus à même de concrétiser.
Le projet aboutit devait être imprimé/publié pour  les conventions de fin d'année sur Lyon ou ailleurs... et je voulais reverser la totalité des bénéfices à un centre de recherche alsacien contre le cancer, en hommage à ma maman.
Seulement voilà... Avec un artblock, impossible de bosser dessus. Et comme les semaines puis les mois passent.. Je pense que je vais devoir abandonner l'idée pour cette année, puisque le montage de A à Z d'une BD demande énormément de temps. Et je vous laisse imaginer à quel point la déception est grande...

Mais en plus de cette -immense- déception, il y a un autre sentiment bien plus insidieux qui s'immisce dans ma petite tête de nouille. Au début je ne comprenais pas cette espèce de panique qui me prenait régulièrement à chaque fois que je tentais ma chance et reprenais le crayon. Mais ce matin j'ai finalement enfin compris d'où ça vient et ce que ça signifie. Et c'est donc pour ça que j'ai décidé de faire ce post.

Le fait est que depuis de nombreuses années, le dessin est ce qui me permet de me sentir vivante. Et plus précisément, de me sentir exister. Paradoxalement je n'ai aucun recul par rapport à ce que je fais, et j'ai énormément de mal à apprécier ce que je dessine. Mais le fait de pouvoir malgré tout partager mon univers, mes couleurs, mes personnages à des gens qui savent les regarder, me fait me sentir... réelle.
Je dessine donc je suis.
Voilà, c'est exactement ça.
Alors si je ne peux plus montrer ce que j'ai dans la tête grâce aux images, j'ai l'impression de m'effacer petit à petit, j'ai l'impression que les gens vont m'oublier...

C'est grâce à vous que j'existe, alors s'il vous plait, ne m'oubliez pas.