jeudi 10 mars 2011

Neverwhere

M. Croup jouait avec des lames de rasoir. Il avait trouvé dans un coin toute une boîte de lames vieilles de cinquante ans, enveloppées dans du papier paraffiné, et avait essayé de leur trouver un emploi.
"Si je puis requérir votre attention, monsieur Vandemar, finit-il par annoncer. Portez donc votre regard en vrille par ici."
M. Vandemar retint délicatement la tête de la scolopendre entre un pouce énorme et un index massif pour l'empêcher de se tortiller et regarda M. Croup.
M. Croup appliqua sa main gauche contre le mur, doigts écartés. Il prit de la main droite cinq lames de rasoir, visa avec soin et les lança vers le mur. Elles s'y fichèrent toutes, entre ses doigts ; ça aurait pu constituer le clou du numéro d'un lanceur de couteaux miniature. M. Croup retira sa main, laissant les lames plantées dans le mur, délimitant le contour de ses doigts, et il se tourna vers son partenaire pour recevoir son approbation.
Il n'avait pas impressionné M. Vandemar.
"Et alors ? Qu'est-ce qu'y a d'extraordinaire ? Z'avez pas réussi à atteindre un seul doigt."
Je me remets tout doucement à la lecture, et je suis en train de tomber amoureuse du style d'écriture d'un écrivain que j'avais honte de n'avoir encore jamais lu : Neil Gaiman (enfin ce n'est pas tout à fait exact puisque j'avais lu sa nouvelle illustrée par Amano : "The Sandman", que j'avais déjà adoré).
Dommage que le plaisir de la lecture me soit gâché par certaines peurs. Je ne pensais pas que j'aurais aussi du mal à les lire... ça m'agace profondément de ne pas réussir à surmonter ces phobies plus ou moins stupides qui me gâchent réellement la vie. C'est triste d'être obligé de lire en diagonale certains passages pourtant très beaux...
J'avoue même que j'ai été émue aux larmes à certains passages tant je me suis attachée aux personnages :) Mais chut, je suis à peine à la moitié du roman... ;)

Attention à la bordure du quai

10 commentaires:

  1. Aaaah, j'adore ce passage ^^
    Trop contente de te l'avoir conseillé <3
    (Enfin de toute façon, j'adore tous les passages :p )

    RépondreSupprimer
  2. et dire que j'ai faillit ne pas céder à la tentation à la Fnac :D heureusement qu'on est repassé devant le rayon :P

    RépondreSupprimer
  3. Ahhhh, ils sont géniaux. Tous géniaux. Je suis en train de lire Coraline, cela dit, et c'est terrifiant. Absolument affreusement terrifiant.

    RépondreSupprimer
  4. est-ce que c'est bien le livre dont a été tiré le film d'animation..? Si c'est le cas, le film lui même m'a fait peur alors c'est pour dire XD je m'attaquerais à "Miroirs et Fumée" après "Neverwhere", j'espère qu'il sera aussi passionnant :D

    RépondreSupprimer
  5. Oui ! C'est bien le livre du film, que je n'ai pas encore vu (*frisson*)... Moi, j'ai adoré Stardust et Anansi boys, aussi...

    RépondreSupprimer
  6. c'est noté, je me les procurerais dans ce cas :D je viens tout juste de finir Neverwhere et j'en ai encore des frissons *_*

    RépondreSupprimer
  7. Haaaaa Neil! J'peux pas résister!

    Un chef d'œuvre de ce grand auteur (en collab' avec Pratchett s'il vous plait, du coup le bouquin n'est est que plus génialissime)c'est "Good Omens" (Ou "De bons présages" en Français)
    Ce livre est une bible. (Ce qui est à moitié un jeux de mot, puisque ça parle d'ange et de démon, d'apocalypse et d'une flemme monumentale de la voir s'accomplir.)


    "Rampa faisait actuellement du deux cent à l'heure, un peu à l'est deSlough. En apparence, il n'avait rien du démon classique : pas de cornes ni d'ailes. Certes, il écoutait une cassette de Best of Queen, mais il ne faut rien en conclure : toutes les cassettes qu'on laisse traîner plus de quinze jours dans une voiture se métamorphosent en Best of Queen. "

    "Ce n’était pas pendant l’horreur d’une profonde nuit. L’ambiance aurait été plus appropriée mais que voulez vous ? On ne peut jamais compter sur le temps. Pour chaque savant fou qui bénéficie d’un orage providentiel, la nuit où son Grand Œuvre, étalé sur la table du laboratoire, est enfin achevé, des dizaines d’autres restent assis à se tourner les pouces, pendant qu’Igor encaisse les heures supplémentaires. Mais que le brouillard (avec risque de pluie, et des températures descendant jusqu'à huit degrés) n’abuse personne, en donnant l’impression que tout va bien. La nuit est douce, mais ça ne signifie pas que les forces des ténèbres ne sont pas à l’œuvre. Elles sont partout. En permanence elles existent dans ce seul but. Deux d’entre elles rôdaient dans le cimetière en ruine. Deux ombres, l’une bossue trapue, l’autre mince et menaçante : deux rôdeurs de niveaux olympique. Si Bruce Springsteen avait enregistré Born to Rôde, tous deux auraient figuré sur la pochette de l’album. Ils rôdaient dans le brouillard depuis déjà une heure, mais ils géraient leurs effort et auraient été capables au besoin de rôder le reste de la nuit, avec des réserves de lugubres menaces suffisantes pour une dernière pointe de rôdage à l’aube. Finalement après vingt minutes supplémentaires, l’un des deux s’exclama : « Ca commence a bien faire. Il devrait être là depuis des heures. » Il s’appelait Hastur et était duc des Enfers. "

    Voilà, deux extraits.
    J'pouvais pas résister. Pardon.
    Et je plussoie Pour Coraline.

    RépondreSupprimer
  8. encore un qu'il va falloir que je me trouve XD !!! ma bibliothèque va enfin grandir :D

    RépondreSupprimer
  9. Désolée pour le pavé, encore, hein. XD
    Un jour, je ferais des commentaires courts.

    Moi tu m'a donné envie de lire celui là. Je vais essayer de le trouver dans une bibliothèque. °v°

    RépondreSupprimer
  10. American Gods ! AMERICAN GODS !!!

    (Oui, c'est tout ce que j'avais à dire)

    RépondreSupprimer

Merci de ne pas laisser le champ du menu déroulant sur "anonyme". Le commentaire risque d'atterrir dans les spams !