mardi 15 février 2011

Une place vide

La nonchalance d'un jour où l'on oublie que nos peurs sont toujours là
Juste derrière le coin d'une rue.

Deux trois gouttes de pluie tombées du ciel

Un crayon qui n'a plus de coeur

Hurle la mélodie pour éteindre le monde.

1 commentaire:

Merci de ne pas laisser le champ du menu déroulant sur "anonyme". Le commentaire risque d'atterrir dans les spams !